Parce que « riz gluant et poisson mort entouré d’une feuille d’algue » c’était trop long comme nom pour un chat…

Dans moins de 2 heures, Sushi a rendez-vous chez le vétérinaire et vu son état, elle ne reviendra pas. Je savais bien que ce jour arriverait, on me l’avait même annoncé pour il y a 9 ans. Née 3 jours après le reste de la portée, le cerveau trop cuit, les dents de lait non remplacées par des définitives… Elle a eu une vie bonus et en a bien profité. Donc je ne culpabilise pas. Je ne me dis pas que j’aurais du faire autrement ni que c’est de ma faute. De toute la fratrie, c’est même celle qui a vécu le plus longtemps. C’est dire.

Mais l’idée de l’emmener au peloton d’exécution n’en reste pas moins difficile à avaler. Heureusement que ma mamie d’adoption connaît LE cabinet vétérinaire idéal et que « je serais bien incapable d’indiquer le chemin, il vaut mieux que je conduise »… Et on se demande pourquoi je suis fan.

Le plus gros problème, ça reste Grenouille. 3 scénarios se présentent :

  • Celui que j’espère le plus : Il reste tristounet quelques jours à la chercher puis se fait une raison et redevient le beauf qu’on connaît si bien.
  • Celui que je redoute : Il ne se remet pas de son absence et se laisse mourir.
  • Celui qui me ferait dire que j’ai un karma de merde : Il devient encore plus envahissant, réclame encore plus d’attention pour compenser.

Honnêtement, je ne survivrai pas au 3ème.

Puis il y a les week-ends. Si jusqu’à aujourd’hui, on pouvait les laisser seuls à l’appartement avec la voisine qui vient faire sa lessive et les nourrir, il sera beaucoup plus difficile, voire impossible de faire ça avec Grenouille seul. Il vit très mal la solitude, sûrement à cause des abandons successifs durant sa jeunesse. Donc s’il ne suit pas le 1er scénario, il ne me reste plus qu’une solution : l’emmener au chalet le week-end. Joie. Je viens juste d’installer un tapis blanc.

Une fois le rythme pris, il ne sera plus possible de changer. Vieux garçon comme il est, si ce vendredi-ci je l’emmène en week-end, ça veut dire que je l’emmène TOUS les week-ends et que je dois donc équiper le chalet pour un chat : Je suis dans la merde.

J’ai toujours dit que Sushi est le membre indispensable de cette famille.

Publicités

On compense comme on peut/veut…

J’ai été une vilaine fille : Je me suis commandé un nouveau téléphone hyper cher comparé à mon budget habituel. Bon. Je l’ai commandé en Chine donc 100€ moins cher mais rien que l’idée que la « petite ristourne » soit aussi élevée me fait honte. Jusqu’à aujourd’hui, mes téléphones n’ont jamais coûté plus de 100€ !

Non, vraiment, je me fais honte.

Au départ, je m’étais connectée pour me commander un nouvel ordinateur portable, Vinny le précédent ayant été « vendu » pour 70€ à la fille du phacochère. Je n’en avais pas envie mais on ne peut pas dire qu’on m’ait vraiment demandé mon avis.

Entre ma mère : « Il ne te sert plus à rien maintenant que tu ne travailles plus à Paris. Je suis sûre que tu ne l’as plus allumé une seule fois depuis que tu ne prends plus le train. Que elle, seule dans son camion, sans ordinateur elle ne peut plus regarder de séries… Le garder serait un caprice et 70€ pour un petit portable d’occasion, tu t’en sors rudement bien… » S’en est suivi la promesse de récupérer une Surface Pro (une belle merde cette machine) pour laquelle j’ai vraiment, vraiment du batailler pour avoir le droit de le lui emprunter.

Et son phacochère répugnant : « Ah c’est terrible ! Ah elle n’a plus d’ordinateur ! Ah ! Ah ! Ah il lui en faut un vite ! Ah ! Et en plus elle a mal au ventre alors c’est urgent ! Ah et puis moi aussi j’ai mal au ventre du coup !»

C’est impressionnant comme les intestins de cette famille peuvent être pourris. Un peu comme leur âme : Au moindre truc qui ne va pas dans leur sens, ils ont mal au ventre. Et vas-y que le bobo au bidou phacochère est une affaire d’État ! Le monde s’arrête de tourner, les drapeaux sont en berne, le président réclame un silence monacal tout le temps que Môssieu est sur son trône…

J’ai donc cédé uniquement pour qu’ils la ferment. Mon ordinateur est parti en Corse avec promesse que je serai payée au prochain passage dans la région de la fille.

Ouais. Je serai payée.

Elle vient de passer, est depuis déjà repartie et… Payée ? Moi ? Que nenni.

J’ai eu le malheur d’y faire allusion en privée, c’est limite si on ne m’a pas aboyé dessus. Pourquoi je pensais à ça de toute façon !

La famille phacochère est la nouvelle sainte famille et je suis Judas.

Aujourd’hui, j’ai donc voulu me commander un ordinateur portable. Et puis finalement, je me suis dit que la Surface Pro, je n’étais pas là de la rendre. C’est une merde, c’est indéniable, mais c’est mon otage. Je m’en fiche des 70€. Je veux juste qu’on arrête de me prendre pour une imbécile qui n’a d’autre droit que de tout accepter en fermant sa gueule :

L’ordinateur portable à 70€ + une vieille Surface Pro ? J’ai du « voler » la SP et m’asseoir sur les 70€.
Mon ancien PC de bureau à 300€ ? Finalement, il n’avait pas de sous sur lui alors il a fait du troc : une TV de merde achetée chez électro dépôt et un nouveau lit… Ah bah tiens ! Pour ma mère et lui. Le mec m’a généreusement acheté mon ordinateur en s’offrant un lit. Et je dois dire merci.

Et s’il n’y avait que les histoires de sous…

Je suis fatiguée. Fatiguée de subir des escrocs, des pleurnicheurs, des ploucs sans aucune manière et d’avoir le mauvais rôle. Et quand j’ai annoncé que je souhaitais partir, prendre un appart et les libérer de ma présence de chieuse, on m’a fait culpabiliser comme jamais : Je rends ma mère malade, à cause de moi elle va devoir vendre la maison (la seule chose qu’elle aime au monde), je ne suis pas raisonnable, j’exagère tout, etc…

Rendez vous compte ! Dimanche, après être tombée dans les escaliers à cause de ses chaussures à lui et atterri dans la pisse de son chien à lui, je suis partie en claquant la porte. Je ne suis rentrée qu’une fois qu’elle avait enfin daigné lui demander de partir : C’est moi qui ai gâché le week-end de tout le monde ! J’ai tout le côté droit en ruine, je peux à peine appuyer sur mon poignet mais c’est à cause de moi que le week-end a été gâché.

Oui. Je suis fatiguée.

Et c’est en pensant à toute cette fatigue que je me suis dit « et bah merde ! Je me fais un caprice. »