http://vandort.blogg.org/

07-12-2017_17-55-08

Bon. Je ne suis pas encore convaincue par le thème du blog, par l’affichage en résumé (je viens de modifier TOUTES mes pages une par une pour le virer…) ni l’ordre d’affichage du plus ancien au plus récent. Autant dire que je ne suis pas du tout convaincue de rien. Mais j’ai au moins déjà mis quelques pages, que j’en ai encore quelques unes d’avance mais que je commence déjà à paniquer parce que la suite n’est pas prête.

You… Hou.

http://vandort.blogg.org/

Publicités

De l’art de tout mélanger…

Ça commence par quelques points :

  • J’ai grandi au son de « tu fais quelque chose d’utile ? » qui voulait dire « il faut une volontaire pour mettre la table » mais que j’ai interprété comme s’il fallait que toute activité soit utile et/ou productive. Il faut donc que quelque chose ressorte toujours de mes heures de jeu.
  • Les Sims sont mon jeu de base depuis 2002.
  • Mais il n’y a pas que les Sims dans la vie. Il y a des tas d’autres jeux dont il faut absolument qu’y jouer soit « productif »
  • J’aime les histoires. Les lire, les écrire… Plus elles sont cousues de fil blanc et irréalistes et plus je les aime.
  • J’aime aussi tout mélanger et créer de nouvelles histoires, voire imaginer l’histoire des personnages secondaires et autres faire-valoir (les sagas à l’eau de rose où chaque personnage a droit à son histoire, c’est le paradis !)
  • Faute de vie sociale, j’ai du temps à perdre.

Dans mon planner (dans celui qui reste à l’appart, je me suis fait une raison), j’ai des tas de bribes d’histoires. Même quelques souvenirs, rêves, défouloirs. Et je me suis dit que ça pourrait être bien de partir de ces petites notes, de les mélanger avec des captures d’écran de différents jeux (Sims, Mass Effect, Unravel…), de blinder les Sims 4 de contenu d’autres jeux -puisque c’est le plus à même de tout recevoir sans broncher-, de secouer le tout et de voir ce que ça donne.

Encore faut-il trouver un moyen de présenter tout ça…

002J-257News1

De la difficulté à voir le patrimoine gâché…

Je n’avais pas vraiment prévu de me remettre aux Sims 4 tout de suite. J’attendais l’arrivée de la prochaine extension et l’hypothétique achat d’un portable suffisamment solide pour les réinstaller dessus, histoire de pouvoir jouer à l’appartement et au chalet.

Et puis il a ce projet puéril et stupide de pseudo histoire illustrée par le jeu. L’un des points les plus important, ce sont les constructions. Ça a toujours été le domaine qui m’a toujours plu dans ce jeu. Raison d’ailleurs pour laquelle ce 4ème opus m’a toujours un peu rebutée. L’aspect hyper infantilisant aux proportions exagérées et absurdes, quelle horreur ! Mais le CAS, quelle évolution…

L’un des personnages les plus importants de l’histoire, notamment parce que c’est la narratrice, est la villa Brunhilda. Il s’agit d’une maison abandonnée qui se trouvait à 2 pas de chez moi sur le chemin du collège. J’ai toujours eu énormément de peine pour cette maison. Elle avait été sabotée : Un gars du quartier s’appliquait à racheter de vieilles maisons à retaper, à en démonter la toiture et laisser les intempéries détruire le reste. Technique imparable pour contourner un arrêté municipal interdisant de raser une maison viable, sous couvert de préservation de l’architecture balnéaire. La maison a l’état de ruine, il ne lui restait plus qu’à vendre à prix d’or un terrain à bâtir dans une ville manquant cruellement de place.

La prochaine fois qu’on me parle de la situation de ma maison et de la taille du jardin, je sors le pot de confiture de quetsches ! Et je sais m’en servir !

Bref.

Tout ça pour dire qu’en lisant le journal, j’apprends que Brunhilda a été rasée ! Il ne me restait donc 2 solutions : Choisir une autre maison ou mettre mon jeu Sims 4 à jour et me grouiller de me remettre à la construction avant que Google maps ne soit mis à jour et que la maison disparaisse pour toujours.

http://www.lavoixdunord.fr/218187/article/2017-09-15/decouvrez-l-incroyable-histoire-de-la-villa-brunhilda-au-crepuscule-de-sa-vie

Bon bah… Jouons !

Prochaine étape : l’hôtel Carlton dans le même quartier et dans le même état. Ville fantôme peuplée d’ignares…