30 ans plus tard…

J’avais commencé un article pour résumer les mois d’avril/mai. Seulement il devenait tellement long que je vais devoir m’y reprendre en plusieurs fois. Et puis je vais essayer de trouver un moyen de me discipliner pour venir plus régulièrement…

Avril donc, je suis allée au Danemark. Ca ne faisait que 30 ans qu’une amie de ma mère réclamait qu’on vienne visiter son pays… On était dans les temps.

Pays où la vie est chère… Mais elle le vaut bien. Des gens qui vouent un culte à la vie en pantalon de yoga et tennis, à la politesse, au calme et à l’art… Des gens qui ont inventé le Faxe Kondi (sorte de Sprite), les plaques de chocolat pour le pain, les sandwichs au pain noir et saumon, la limonade de sureau… Tivoli ! Les gars, ils ont TI-VO-LI ! Des génies…

Publicités

De l’art de se ridiculiser…

« Jayden contempla sa main, tout étonné, avant de la serrer, radieux.

  • Et comment ! Ah ça, tu ne le regretteras pas ! »

C’est à ce moment là que mon métro est arrivé à ma station et qu’il a fallu que j’en sorte. Je déteste arrêter ma lecture en pleine page et pire encore sur la page de gauche. Alors j’ai calculé que le temps de sortir de la station, j’avais le temps de finir une page et demie sans soucis.

J’ai donc continué ma lecture le temps de monter le premier escalator, puis de traverser la station (je le fais tellement souvent que je ne rencontre plus aucun obstacle) et de monter sur le second escalator, toujours plongée dans mon livre.

C’est là que j’ai entendu des rires un peu plus loin. J’ai alors levé les yeux vers le haut et vu 2 techniciens pliés de rire. L’escalator était en panne et ça faisait bien 3 lignes que je lisais, immobile sur ma marche.

« Il doit être rudement bien votre livre, ma petite dame ! »

Oui enfin avec tout ça, je n’ai toujours pas fini ma page…

Balade à St Joseph ou la rencontre entre la mégalomanie, la nostalgie et la poussière…

Mardi dernier, je suis allée faire un tour à St-Joseph. C’est une sorte (je dis bien sorte) de village figé dans le temps. Le truc, c’est qu’on ne sait pas quand il a été réellement figé. 1900 ? 1930 ? 1960 ? Déjà la brochure ne le sait pas elle-même. Et quand on tombe sur une affiche de 1976 avant de tomber sur une « invention du fondateur » datant des années 90, là on commence sérieusement à se demander ce qui se passe.

Le truc, c’est que ce « village » a été créé par Monsieur Megalo himself, Daniel Baclez. Et on y va : Daniel Baclez a fait ceci… Daniel Baclez a fait cela… Le chemin de croix (très kitsch) de Daniel Baclez… Daniel Baclez a rencontré untel… Cette oeuvre géniale qui a remporté un prix a été inventée par Daniel Baclez… Et si vous avez fermé les yeux sur toutes les étiquettes explicatives, les photos, etc… En sortant du village, vous passerez devant : l’atelier de Daniel Baclez.

C’est bon Danny, on sait que tu es là ! J’ai d’ailleurs eu beaucoup de difficultés à ne pas aller le voir pour prendre des nouvelles de son melon et de ses chevilles alors qu’il était là au bout de son chemin de croix, à tapoter ses petites brochures devant l’affiche : « Le chemin de ma vie » autobiographie de… Je vous le donne en mille : Daniel Baclez.

Une telle mégalomanie, ça force au respect cela dit…

Après, une fois passé sur la poussière environnante, le manque flagrant d’entretien (en dehors des espaces verts impeccables) ou de logique historique (on a Baclez son travail de recherches ? Oui, j’ai honte), l’omniprésence du « fondateur » (gloâre à lui)… La promenade reste très agréable : des points d’eau, de la végétation à foison, des petits ponts pour aller ici ou là, des énigmes pour les enfants auxquelles les adultes se prennent au jeu… Et un estaminet très agréable.

001 004 007

002 005 008

003 006 009

010 011 012

013 014 015

016

C’est à mon tour d’être nostalgique de leur jus de pomme.