De l’art de culpabiliser parce que je demande à des gens de faire leur travail…

Le tout en m’excusant d’exister…

 

Mail à la boutique d’aquarium parce qu’il manque la moitié des pièces dans la boite : Fait.

4ème mail pour demander le reliquat de mes congés et compte épargne temps : Fait.

3ème mail pour faire corriger ma modalité de temps de travail : Fait.

3ème appel au chauffagiste parce qu’il a augmenté la température de l’eau chaude au lieu des radiateurs : Fait.

2ème appel au livreur : Fait

Énième appel au propriétaire de l’appart du dessus franchement insalubre : Fait.

 

Je suis dans la merde pour un tas de trucs :

Je dois poser des congés mais Paris traîne à envoyer mon reliquat. Apparemment, ils attendent de moi que je fasse l’impasse sur 13 jours de congés et 12 jours sur le CET. Bah tiens !

La nana qui gère le programme de pointage s’est planté dans ma modalité et ne peut pas le corriger elle-même. Résultat, je me retrouve à devoir chaque jour bosser 30 minutes de plus pour être dans les clous. Et comme je n’ai pas tout de suite eu accès au site de contrôle, j’ai 5h de boulot à « rattraper » au lieu de les avoir en heures supplémentaires. Je vois légèrement rouge.

 

C’est bizarre, mais je m’attends à ce qu’ils ne me payent pas à la fin du mois parce que mon service de départ n’aura pas transmis les documents nécessaires.

 

Je ne suis pas une chieuse. Entre un mail et sa relance, il s’écoule généralement une semaine. Bon, j’avoue que pour la 4ème relance pour le reliquat, je n’ai attendu « que » 5 jours. Mais c’est parce qu’on nous a annoncé que les serveurs avaient eu un gros problème lundi vers l’heure à laquelle j’avais envoyé ma 3ème relance et qu’il y avait donc de grandes chances que mon mail ne soit jamais parti.

Mais tout ça me rend quand même dingue : Comment se fait-il qu’il faille systématiquement relancer, insister, quémander voire menacer pour que les gens daignent enfin faire leur travail ou assumer leurs responsabilités en nous lançant des regards chargés de reproches ?

Publicités

Comme un léger choc des cultures…

La nana qui vient faire sa lessive gratos chez nous parce que la laverie automatique coûte trop cher nous raconte qu’elle n’a pas les moyens de se payer une machine à laver… Le tout en jouant avec son I-Phone pour nous montrer ses vacances (2 fois par an) en Algérie où elle pose fièrement en Stan Smith.

Je n’ai pas voyagé depuis 2013 (la fois précédente, c’était en 2001), j’ai un téléphone chinois premier prix et j’achète mes chaussures chez le soldeur du coin. Cherchez l’erreur… Indice : A côté de mon panier à linge en plastique se trouve le sien, un sac de voyage Vuitton.

Je lui donnerais bien quelques conseils pour finir le mois, mais j’ai peur de devenir grossière.

Je ne comprendrai jamais ce monde où il est plus important de porter des chaussures de marque que de vivre dignement.