De l’incompétence en veux-tu en voilà…

Dimanche, j’ai voulu faire une simulation d’assurance. Résultat, ma boîte mail est submergée de relances. Vous avez fait une simulation mais vous n’avez pas souscrit à l’offre. Faites le vite ! Pourquoi vous ne l’avez pas encore fait ? Hey, vous nous avez oublié ! Revenez ! Viens nous donner ton fric, salope !

J’ai vraiment eu le nez fin de mettre un faux numéro (le propriétaire du dit numéro, s’il existe, doit me haïr). J’ai repensé à cette mutuelle qui m’appelait 6 fois par jour pour que je signe chez eux. J’étais tellement épuisée que j’avais fini par céder et faire valoir mon droit de rétractation. C’était finalement plus simple. Surtout en écrivant le mot « harcèlement » dans le courrier recommandé.

Depuis lundi, 3 ouvriers (rien que ça) sont dans mon bureau pour installer une cloison de 3m de long. Après 2 jours de travail, on a une bâche de fixée et un rail de posé. Ah et un ouvrier blessé. Sachant que demain, le 2ème sera en congés, il ne nous reste plus que celui réputé pour son alcoolisme. Si vendredi la cloison qui devait être posée en 2 jours est finie (on ne parle même pas des peintures), on pourra s’estimer heureux.

Ils sont bruyants, maladroits (d’où le doigt cassé) et grossiers. Mes tympans saignent.

Toute la journée, le logiciel en ligne que nous utilisons pour travailler a été en rade. En tout, il a du fonctionner 3 heures. Réponse de la maintenance : « Vous avez fait une mauvaise manipulation. Je ne sais pas laquelle mais vous en avez fait une » Moui… Donc ça veut dire que les instructeurs de TOUTE la France et TOUS les transporteurs circulant en France ont fait EXACTEMENT la MÊME mauvaise manipulation en MÊME TEMPS.

On est fort. Très fort.

Prends nous pour des jambons, la maintenance…

Mon collègue en congés cette semaine a accumulé une cinquantaine de dossiers en retard et je comptais profiter de son absence pour lui filer un coup de pouce. Mais l’informatique semble en avoir décidé autrement.

Ce midi, une homologue d’un autre département m’a demandé pourquoi je m’étais trompée dans mon dossier. Je ne me suis pas trompée. C’est le département limitrophe qui a merdé mais comme il ne répond pas, elle en déduit que la faute vient de moi. Je lui ai expliqué que l’erreur ne pouvais pas venir de moi mais que si vraiment elle y tenait, je céderais à son caprice. Vu la tournure de la phrase, si elle a un minimum de fierté, elle devrait me lâcher.

La semaine dernière, j’ai déposé un chèque de 1000€. Ce soir, je découvre que mon compte n’a été crédité que de 100€.

C’est une idée où le déclin de notre civilisation a passé un nouveau stade ?

Publicités

De l’art de se focaliser sur des broutilles

Vous allez trouver ça idiot mais pour moi, une bonne déco intérieure tient dans le détail : le détail n’est pas là pour finaliser une décoration mais doit servir de point de départ. Ça peut être un plaid, un photophore, un bibelot… A l’appartement par exemple, c’est une fissure allant du sol au plafond au niveau du placard qui a déterminé le style géométrique : rayures verticales entre les portes, changement de teinte à partir de la fissure, etc… Pour ma chambre à la maison, c’est une lampe de chevet qu’on venait de m’offrir.

Au chalet, la pièce maîtresse (comprendre le truc tellement volumineux que tu ne peux pas ne pas le voir) c’est le canapé. La déco devra obligatoirement partir de lui. De lui et des murs bleu dont la peinture est encore très présentable et que je n’ai donc pas l’intention de refaire tout de suite parce que j’ai plein d’autres trucs à voir avant et surtout que j’ai horreur de peindre. Bref.

Le canapé est volumineux, noir et un peu bouffé dans le bas. Quelques plaids blanc lui redonneront une nouvelle fraîcheur et donc le détail devra être un coussin. Asymétrie oblige, trois seront unis ou du moins de même couleur et un seul sera à motif.

Innocente et imprudente que je suis – surtout quand on sait qu’il me faut toujours des mois pour me décider – je suis allée m’aventurer sur un site proposant des centaines de housses de coussins. Quelle belle connerie je viens de faire ! DEUX JOURS que je suis dessus, que je sélectionne des housses puis décide que oui mais non mais si mais oh et puis bof… Deux jours que je n’arrive pas à me décider. Ceci dit, à la maison, il m’a fallu 5 mois pour choisir les peintures de ma chambre. Et du jour au lendemain : Pof ! J’avais tout en tête, de la couleur des murs au tissu pour le fauteuil en passant par la tête de lit et les boutons de la table de chevet.

Il y a encore de la marge…

Parce que j’ai bientôt un chez moi quelque part…

Ça y est, c’est fait : J’ai versé un acompte pour l’achat d’un mobile-home ! Enfin pour un chalet sur roues en fait. Si je ne peux pas l’avoir tout de suite, c’est parce qu’ils doivent le déplacer : Au revoir mini parcelle à côté des poubelles qui m’avait sur le coup dissuadée de l’acheter, bonjour la grande parcelle orientée sud-ouest. Je vais avoir une vraie pelouuuuuuuse !

La propriétaire du camping flippe un peu. C’est la première fois qu’ils devront déplacer un truc de ce genre. Contrairement aux mobile-homes classiques, celui-ci est en 2 morceaux sous une toiture amovible. Ils vont donc devoir démonter la toiture, séparer la remorque salle de bain/wc/cuisine/grande chambre de la remorque séjour/petite chambre/terrasse, faire rouler le tout jusqu’à la nouvelle parcelle (heureusement toute proche) et raccrocher tout ce petit monde. Si on ne veut pas que les remorques basculent ou se remplissent d’eau, il faut donc attendre une semaine de beau temps. Et beau temps sec dans les Flandres… Quand la nana en parlait, je sentais bien un léger accent angoissé très communicatif. Autant dire que tant que je n’aurais pas de ses nouvelles, je vais être un peu nerveuse.

Du coup en attendant, je fais la liste de tout ce que je devrai ajouter/remplacer/virer et je me dis que ça va me coûter un rein. Surtout que comme je n’ai aucune intention de le louer, juste le prêter à quelques rares personnes s’ils le souhaitent pour ne pas faire concurrence au camping, je ne rentrerais jamais dans mes frais. Je vais donc devoir y aller progressivement et avoir le sens des priorités.

fc2a67a059896e879f2eb2f4a1a2ccbafdc042cb

Étape 1 : Le cabanon de jardin.
La propriétaire du camping n’est pas regardante sur la forme et le modèle. Il faut juste qu’il soit en bois assez solide car ceux en acier ou plastique vieillissent vite et mal (celui à la maison le confirme). Ça peut sembler con, mais c’est l’achat le plus urgent car il n’est pas question de stocker la tondeuse et le taille-haie dans le séjour. Et puisque c’est à moi d’entretenir la parcelle… Bon l’avantage, c’est qu’on a déjà les outils à la maison et que vu le peu d’herbe à vache qui y pousse, je devrait sans mal pouvoir récupérer la tondeuse. Quant au taille-haie, inutile dans avoir un pour chaque jardin : On ne s’en sert pas toutes les semaines. Ça me laisse donc de la place (et des sous) pour des sacs de terre et de terreau pour mes plantations foireuses de citadine. En plus, j’ai vu qu’il y avait dans la petite chambre un meuble de rangement vraiment affreux qui sera une parfaite pseudo table de jardinage.
Oui j’avoue, ce qui m’excite le plus, c’est d’avoir mon jardin à moi…
Ah et il faudra que je lui trouve un éclairage solaire (dans le nord, haha!) pour ne pas avoir à tirer une ligne à travers la parcelle.

Étape 2 : Le mode de cuisson.
Non pas que j’envisage de cuisiner une carbonnade flamande tous les week-ends mais il me faut bien de quoi cuire des coquillettes. Pour le moment, la cuisine est équipée d’une gazinière. J’ai une peur bleue du gaz. C’est encore pire que l’huile bouillante. Et j’ai vu qu’un élément de cuisine faisait office de meuble télé. Donc dès que je me trouve une petite plaque à induction, je vire la gazinière, installe l’élément de cuisine à sa place sur lequel poser la plaque de cuisson et adieu bouteille de gaz et surtout tuyaux qui ne m’inspirent jamais confiance.
Il y a déjà un micro-ondes, qui sera parfait en attendant de trouver un combiné micro-ondes/convection comme à l’appart et je dois encore avoir une vieille bouilloire électrique à la cave.

Étape 3 : … Oh bon sang il y en a tellement. Je ferais peut-être mieux de faire une grosse liste de course et cocher au fur et à mesure.

Dernière étape : Agrandir la terrasse.
Vue l’orientation du chalet une fois installée, je compte faire une extension de la terrasse sur le côté, plein sud, pour profiter pleinement de mon refuge. Mais pour ça, il va falloir draguer utile !