Voiture : 016 – Place 057

Je ne suis pas motivée à aller au boulot. C’est idiot : bosser un samedi de jour, ça veut dire bosser seule et ça me permet de ne pas avoir à subir les enfantillages de mes collègues lundi + un jour de mon choix. C’est qu’entre le cinéma des interlocuteurs et celui des collègues, ça devient fatiguant.

Donc travailler un samedi, ça devrait me plaire !

Sauf que, comme la SNCF n’est clairement pas du matin, je n’ai pas de train pour aller sur Paris le samedi assez tôt. Du coup, je dois partir du vendredi soir pour dormir à l’hôtel et être à l’heure au bureau le samedi. Et ça, je trouve que ça craint.

Ce qui craint encore plus, c’est que pour le moment, les seuls postes à pourvoir en janvier dans ma région sont exclusivement réservés aux agents du ministère de l’intérieur. Alors je commence sérieusement à me dire que le bout de ce tunnel est super loin.

Publicités

Hyperandrogénie

L’hirsutisme est caractérisé par la présence de poils chez la femme dans des régions du corps où normalement seul l’homme en possède. C’est ainsi le cas de la lèvre supérieure, du menton, des favoris, de la face antérieure du thorax, de la ligne blanche. Il constitue une manifestation anormale des hormones androgéniques soit en raison de de leur production excessive (hyperandrogénie) ou d’une sensibilité cutanée anormale (hirsutisme dit idiopathique).

La suite ici.

Après je ne sais combien d’années à demander à ma mère un petit coup de pouce, c’est finalement son chéri qui s’y est collé. Car contrairement aux bonnes copines, après avoir dit « ok, je m’en occupe », il n’a pas pris soin d’ignorer le sujet.

Ayant pris un RDV chez son généraliste, il en a donc profité pour en caler un pour moi aussi. Objectif : pilosité et poids. Et accessoirement les règles extrêmement rares, pour ne pas dire inexistantes. Si dans mes grandes psychoses nocturnes j’en étais arrivée à imaginer qu’on me sortirait : « le poids, c’est de votre faute et les poils, c’est votre punition pour toujours », l’entretien avec le médecin s’est au contraire super bien passé. J’ai même eu droit, lorsque je lui ai tourné le dos à un « mais, vous n’avez pas de cul ! Euh… Enfin, euh… Si je peux me permettre… »
Bien sûre qu’il le peut. Si j’ai eu l’air surprise, ce n’est pas de cette familiarité mais plutôt du fait qu’on me dise, à moi, que je n’ai pas cul. Je ne sais pas, je pensais qu’il était aussi volumineux que celui de Sushi.

Le bilan n’est donc pas aussi dramatique que je ne l’aurais cru. Un RDV chez l’endocrinologue pour lancer un traitement d’hormones et une fois que mon organisme aura compris qu’il est de sexe féminin, tout devrait rentrer dans l’ordre selon lui.

Y’a plus qu’à ! Mais étrangement, j’ai nettement moins la trouille, maintenant…

Pour la petite histoire, en 2014, Dutee Chand avait été interdite de compétition à cause d’hyperandrogénie, accusée finalement, d’avoir triché. Injustice, vous dites ?