Journal d’une anthropologue autodidacte (et surtout improvisée)

Chaque année, ma mère doit se rendre à une formation, généralement obligatoire et inutile, durant laquelle elle doit cohabiter avec ses « semblables ». Elle y fait donc le pitre, réclame des pauses clopes et sert de confidente aux « grands pontes » de la boîte. Bref. Elle se fait chier.

Mais c’est du coup l’occasion pour un petit rituel : je vais la chercher à l’école en sortant du bureau.

Hier donc, j’attendais patiemment devant le bâtiment. J’ai joué un peu à Pokémon Go (j’ai choppé une arène!!!), gloussé en constatant qu’en recyclant un vieil hotel particulier en bureaux, ils avaient coupé en deux la hauteur des étages pile au milieu des fenêtres, ce qui est fort esthétique et j’ai fait une étrange rencontre.

On dit toujours qu’il ne faut pas parler aux inconnus. Qu’il faut se méfier d’une personne avançant vers toi. Moi, quand quelqu’un me dit bonjour, je lui réponds. Sauf les nanas des sondages à qui je réponds que je suis étrangère (vilaine menteuse) parce que faire le pied de grue à répondre si je suis « plus ou moins d’accord avec cette affirmation », ça me gonfle à mort. Donner une réponse franche, d’accord. Répondre des ni-oui-ni-non, la barbe !

Et puis j’aime jouer les anthropologues citadins. Découvrir de nouvelles espèces, les étudier, tenter de comprendre leurs us et coutumes. Découvrir le lemming en chaussure à pointes (le cadre dit dynamique) et son habitat naturel (le RER A) a été une véritable épreuve, mais la science avant tout !

S’est donc approché de moi un étrange spécimen inconnu : menu, cheveux longs, parlant une langue que je n’ai pas pu identifier tant j’étais obnubilé par ses griffes d’un fort artificiel violet pailleté. La créature me montre alors son petit, sa prise de chasse, une icône religieuse peut-être -qui sait- que j’identifie comme étant un smartphone en poussant une sorte de petit cri plaintif : « hhhheu… hhheu… » Puis elle me montre ce que je prends d’abord pour une blessure mais qui se révèle juste être l’encoche pour ouvrir l’appareil.

Je la regarde faire sans trop comprendre, elle me tend encore un peu plus son Précieux en continuant ses gémissements jusqu’à ce que je capte le problème.

Sans vouloir me vanter, j’ai de très beaux ongles : Longs, solides, taillés en pointe. Ce n’est certes pas à la mode mais cette rencontre m’a confortée dans mon choix d’être hors norme (bien grand mot pour 10 si petites choses…) : Ongle + faux ongle (prothèse ongulaire en gel, qu’on dit, il paraît. Je ne sais même pas si ongulaire est un vrai mot) + vernis pailleté + coupe en carré = pâté plastique trop gros pour se glisser dans la fente.

La pauvre petite créature d’1m50 talons compris, était totalement incapable d’ouvrir son téléphone pour changer la carte Sim tant ses doigts s’apparentaient à des chipolatas que l’on aurait habillées de bouchons de stylos Bic. Pour la dextérité, on repassera.

Comme quoi on est bien peu de chose…

Publicités

De la difficulté à voir le patrimoine gâché…

Je n’avais pas vraiment prévu de me remettre aux Sims 4 tout de suite. J’attendais l’arrivée de la prochaine extension et l’hypothétique achat d’un portable suffisamment solide pour les réinstaller dessus, histoire de pouvoir jouer à l’appartement et au chalet.

Et puis il a ce projet puéril et stupide de pseudo histoire illustrée par le jeu. L’un des points les plus important, ce sont les constructions. Ça a toujours été le domaine qui m’a toujours plu dans ce jeu. Raison d’ailleurs pour laquelle ce 4ème opus m’a toujours un peu rebutée. L’aspect hyper infantilisant aux proportions exagérées et absurdes, quelle horreur ! Mais le CAS, quelle évolution…

L’un des personnages les plus importants de l’histoire, notamment parce que c’est la narratrice, est la villa Brunhilda. Il s’agit d’une maison abandonnée qui se trouvait à 2 pas de chez moi sur le chemin du collège. J’ai toujours eu énormément de peine pour cette maison. Elle avait été sabotée : Un gars du quartier s’appliquait à racheter de vieilles maisons à retaper, à en démonter la toiture et laisser les intempéries détruire le reste. Technique imparable pour contourner un arrêté municipal interdisant de raser une maison viable, sous couvert de préservation de l’architecture balnéaire. La maison a l’état de ruine, il ne lui restait plus qu’à vendre à prix d’or un terrain à bâtir dans une ville manquant cruellement de place.

La prochaine fois qu’on me parle de la situation de ma maison et de la taille du jardin, je sors le pot de confiture de quetsches ! Et je sais m’en servir !

Bref.

Tout ça pour dire qu’en lisant le journal, j’apprends que Brunhilda a été rasée ! Il ne me restait donc 2 solutions : Choisir une autre maison ou mettre mon jeu Sims 4 à jour et me grouiller de me remettre à la construction avant que Google maps ne soit mis à jour et que la maison disparaisse pour toujours.

http://www.lavoixdunord.fr/218187/article/2017-09-15/decouvrez-l-incroyable-histoire-de-la-villa-brunhilda-au-crepuscule-de-sa-vie

Bon bah… Jouons !

Prochaine étape : l’hôtel Carlton dans le même quartier et dans le même état. Ville fantôme peuplée d’ignares…

Petit week-end chargé

Du rapide :

– Le week-end dernier, c’était le premier week-end sans les résidents « saisonniers ». Dans mon allée, il n’y avait que ma mère et moi. Musique à fond, pitreries, cheese-cake, bricolage à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit : Joie !

Elle a même reconnu que l’absence du blaireau faisait du bien…

– On a commencé les peintures sous son mobile-home et de sa terrasse. On en a pour des mois ! Mais ça vaut le coup… Lin et blanc pour coller avec la bâche de la terrasse.

– La musique à fond m’a donné envie de faire un caprice : Je veux une platine vinyle et des 33t de blues, classique, country… Oh et de musique hawaïenne ! L’ordinateur portable attendra.

– Je suis enfin décidée pour les couleurs de la grande chambre : vert basque et blanc. Et comme je viens de recevoir les rideaux du séjour, il va falloir trouver le temps de peindre mon chalet entre les barreaux de la terrasse de la mère.

– Se confectionner une parure de lit unie et de qualité (sus au synthétique !) est un vrai parcours du combattant. Encore plus compliqué que de trouver des romans sentimentaux de science fiction sans sombrer dans le porno (oui, j’ai déjà cherché et oui, je les ai lu pour savoir que ça virait au porno)

– La petite chambre garde-manger pour survivaliste va être recyclée en atelier travaux manuels : fauteuil convertible, tréteaux et un vieux volet devraient faire l’affaire.

De l’art de rater les rideaux de ses rêves (et les coussins qui vont avec)

A toujours hésiter, reporter, attendre d’avoir « l’aval »… Je rate souvent le coche.

Dernier coup en date : les rideaux vert émeraude que j’avais repéré sur le site de Maisons du Monde. Oui, c’est un peu mon fournisseur officiel en déco pour le chalet…

Sérieux ! Collection automne/hiver, en octobre ils sont DÉJÀ en rupture de stock. Je suis dég…

Je suis donc allée chouiner en position fœtale dans un coin et me suis faite une raison : De toute façon, ces rideaux ils étaient tellement pourris qu’ils auraient vite souffert de la décoloration de la lune. Non, franchement, c’est une chance.

(Technique purement familiale pour se consoler)

Puis quand je me suis relevée, j’ai reniflé un bon coup (en fait j’attendais que mon thé refroidisse) et j’ai cherché ailleurs : Ikea. Et pour ne pas me refaire avoir aussi vite, je l’ai commandé tout de suite.

Sauf que mes murs sont toujours lavande et violacé affreux, si bien qu’il devient urgent d’aller acheter de la peinture.

Tu parles d’un coin tranquille pour me reposer…

Et parce que j’ai des goûts de luxe, sans forcément (pas du tout, même !) les moyens, il va falloir qu’on m’aide.

Pour l’intérieur : https://www.ookoodoo.com/fr/list/793716

Pour l’extérieur : https://www.ookoodoo.com/fr/list/816235

Ouais, en fait… A chacun son mauvais goût.

Quelques colocataires…

Le week-end dernier, après avoir bien prié St Mario et St Luigi, j’ai changé l’anode de mon ballon d’eau chaude et l’ai remis en marche. Le courant n’ayant pas sauté et ma douche ayant été très agréable, j’en déduis que c’est une réussite. Petit hic : une goutte au niveau d’un boulon. Si le calcaire ne s’en occupe pas, il va falloir samedi matin que je tente de redonner un coup de clef. Mais d’en l’ensemble, je suis satisfaite.

Autre activité du week-end dernier, les orangers du Mexique. Je viens d’en mettre 10 en jardinière, curieuse de voir s’ils vont survivre au froid flamand et s’ils vont grandir.

 

Et parce que j’ai des goûts de luxe, sans forcément (pas du tout, même !) les moyens, il va falloir qu’on m’aide.

Pour l’intérieur : https://www.ookoodoo.com/fr/list/793716

Pour l’extérieur : https://www.ookoodoo.com/fr/list/816235

Ouais, en fait… A chacun son mauvais goût.

Prévision de douches froides pendant quelques week-ends…

Mon ballon d’eau chaude vient de me lâcher. D’après les patrons du camping et anciens propriétaires de mon chalet, ce n’est pas grand chose, juste une petite pièce à changer à cause du calcaire.

Vu ce qu’ils sont bons bricoleurs, je reste sceptique.

Enfin. C’est peut-être l’occasion de le changer complètement. Seulement comme l’actuel semble avoir été installé avant la cloison entre les toilettes et la salle de bain, je sens que ça va être sportif. Tout ce qui manquait à mon bonheur.

Je me dis surtout que je vais du coup devoir reporter l’opération jardin car entre avoir des fleurs blanches et de l’eau chaude : mon choix est vite fait.

Enfin j’aurais quand même bien aimé m’occuper enfin de ce champ de ruine qui me sert de jardin.

Ceci dit, ce n’est peut-être pas un mal… C’est que je suis ENCORE en train d’hésiter. Sureau noir pour faire des infusions de fleurs ou hortensias pour avoir une montagne de fleurs ? Fleurs blanches devant la terrasse ou rouges sang comme pour annoncer comment vont finir ceux qui s’aventurent trop près ?

Enfin tout ça pour dire que du coup, en attendant de démonter mon ballon d’eau chaude (sûrement l’anode et son joint à changer vue ce que l’eau est calcaire) je fais des listes de ce que je veux encore remplacer/ajouter/améliorer…

L’intérieur : https://www.ookoodoo.com/fr/list/793716

L’extérieur : https://www.ookoodoo.com/fr/list/816235